Mardi 27 Juin 2017
Accueil Pays de Retz

Arthon-en-Retz
Bouaye
Bouguenais
Bourgneuf-en-Retz
Brains
Chauvé
Cheix-en-Retz
Chéméré
Corcoué-sur-Logne
Corsept
Fresnay-en-Retz
Frossay
la Bernerie-en-Retz
la Chevrolière
la Limouzinière
la Marne
la Montagne
la Plaine-sur-Mer
Legé
le Pellerin
les Moutiers-en-Retz
Machecoul
Paimboeuf
Paulx
Pont-Saint-Martin
Pornic
Port-Saint-Père
Préfailles
Rouans
Saint-Aignan-de-Grand-Lieu
Saint-Brévin-les-Pins
Saint-Colomban
Sainte-Pazanne
Saint-Étienne-de-Mer-Morte
Saint-Hilaire-de-Chaléons
Saint-Jean-de-Boiseau
Saint-Léger-les-Vignes
Saint-Lumine-de-Coutais
Saint-Mars-de-Coutais
Saint-Même-le-Tenu
Saint-Michel-Chef-Chef
Saint-Père-en-Retz
Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Saint-Viaud
Touvois
Vue


Agenda
Annuaire de sites
Annuaire mail
Cinéma
Dernières infos
Forum (02/03/2016 - 16:15)
Newsletter
Petites annonces
Sondages
Quiz
Professionnels partenaires
Professionnels - publicité



Un ou plusieurs mots

5 messages

Ajouter un message


Mercredi 14 Mai 2014, 01h03

Suis je Breton ou Armoricain?
Dois je oser me poser cette question?

Français d´état civil, je suis nommé français,
J´assume à chaque instant ma situation de français.
Mon appartenance à l'Armorique
N´est en revanche qu´une qualité facultative
Que je peux parfaitement renier ou méconnaître...

Je l´ai d´ailleurs fait...
J´ai longtemps ignoré que j´étais armoricain...
Français sans problème,
Il me faut donc vivre l'armorique en surplus
Et pour mieux dire en conscience...
Si je perds cette conscience,
L'armorique cesse d´être en moi.
Si tous les armoricains la perdent,
Elle cesse absolument d´être...

L'Armorique n´a pas de papiers,
Elle n´existe que si à chaque génération
Des hommes se reconnaissent armoricains...

A cette heure, des enfants naissent en Armorique...
Seront-ils Armoricains? Nul ne le sait...
A chacun, l´âge venu, la découverte... ou l´ignorance!

 M. Hilaire SAINT HILAIRE, Saint-Hilaire-de-Chaléons


Mercredi 14 Mai 2014, 01h43

Re: Suis je Breton ou Armoricain?
Es tu un bretonisé soumis ou conscient d'etre armorcain chez toi en armorique?

Meme j ai tant lu l histoire de Bretagne, rien n'empeche que dans mon sang et sous mes pieds c'est l'Armorique!

 M. St H ST HILAIRE, Saint-Hilaire-de-Chaléons


Lundi 01 Décembre 2014, 15h26

Re: Suis je Breton ou Armoricain?
Je suis breton et armoricain:
Paimboeuf (Penbo et Pencebos XIIè, Penboef 1216) : la forme la plus ancienne suggère le vieux breton pen bu, " la pointe du bovin " ou encore pen buch, " la pointe de la vache ". Le nom actuel résulterait de la traduction en français de l’élément bu, déjà effectuée au XIIIème siècle d’après les formes anciennes.

Pornic (Castrum Porsniti XIè, Pornit 1130, Pornidio 1330) : porzh nizh, " le port abrité ". Le c final est purement graphique et très breton dans l’esprit. Il n’est traditionnellement pas prononcé : on dit " Porni ".
Corsept (Corsuito XIIè) : peut-être dérivé du vieux-breton cors, " marais " ; la forme ancienne évoque un éventuel korzid, " roselière ", le vieux-breton cors ayant évolué vers ce sens. L’avantage de cette hypothèse est de correspondre à la réalité du terrain, riche en marais et roseraies, et aussi d’éclairer un nom de lieu considéré comme obscur. On notera cependant que la toponymie française connaît plusieurs occurrences similaires : Corset en Naintré (86), en Retournac (43), etc. Un mot gaulois similaire ne peut donc être écarté. L’hypothèse du latin Corpus Septimus, " septième corps (d’armée) " semble fantaisiste.

Noms de villages, quartiers et parcelles :
Gourmalon, Pornic : nom d’homme vieux-breton Uurmaelen, " sourcils bruns "

Mindin (Mendinum XIè, Mendin 1554), Saint-Brévin-les-Pins : maen din, " la forteresse de pierre ".

Penfour, Saint-Brévin-les-Pins : penn forn, " la pointe du four ". Ce toponyme apparaît sur les anciennes cartes marines, et survit aujourd’hui dans le nom d’un chemin à proximité du Pointeau.

Bodon, Saint-Brévin-les-Pins : bod onn, " le buisson de frênes " (comparer avec Bodon en Cléder, 29, et Bod-Onn en Plougastel-Daoulas, 29, cf. Deshayes p. 109). On peut aussi penser au nom d’homme Baudon (du germanique bald), porté en Vendée.
Le Béa, Saint-Brévin-Les-Pins. Situé dans une zone riche en tumuli, près du village de La Guerche, paraît formé à partir de bez, " tombeau". Semble identique aux Béac de Saint-Nazaire et Sainte-Anne-sur-Vilaine (35), et Porz Beac’h en Logonna-Daoulas (29). On ne trouve aucun toponyme similaire hors de Bretagne.

Le Coelin° , Saint-Brévin-les-Pins : koed lenn, " le bois de l’étang ".

Les Tremelas°, Arthon-en-Retz : Treb Melar, "le village de (saint) Meloir". Ce saint breton était honoré dans le pays Nantais à Avessac. Probablement un anthroponyme d’après l’article.

Le Rohy° , Bouguenais : roc'hig, "petit rocher".

Mindine (Ile), Bouguenais : semble identique à Mindin, voir supra

Coharnelle° , Bourgneuf-en-Retz : composé de koed et du nom d'homme Harnel du vieux-breton *Hoiarnhael, soit " le bois d’Harnel " ?

Guisseneux (aussi noté Dix-Neuf°, Guineuf° et Guiseneuf°), Bourgneuf en Retz : du nom d'homme vieux-breton Uuethenoc, "guerrier". Les différentes notations du cadastre, comportant ou non le son z hérité du th vieux-breton, attestent de l’ancienneté du toponyme. En cas de nom d’homme importé récemment, une seule forme phonétique serait connue. Comparer l’évolution de ce nom en Haute-Bretagne (Brière) : Guihéneuf, et en Basse-Bretagne : Guezennec.

Le Bois-aux-Nains (Bois Onnins, sans date), Bourgneuf-en-Retz : de onnenn, "frêne". Toponyme hybride franco-breton. Il ya fort à penser que le mot bois a remplacé koed à une époque reculée.

Le Talverne° ou Le Talverre°, Bourgneuf-en-Retz : tal gwern, " le bout du marais ". Possible corruption du mot calvaire par palatalisation de la consonne initiale.

Le Quenia° ou Le Quenard°, Chauvé : dérivé de keneac’h, forme de type sud-armoricain pour kreac’h, " colline ". Comparer avec le vannetais Kenyah, et les Canard des Côtes-d’Armor, de même étymologie.

Le Corsi°, Corcoué-sur-Logne : apparement diminutif en –ig de korz, " roseau ", ou encore korzid, " roseraie ", ou mot gaulois au sens de " marais " (cf. Corsept).

Le Scouvaine°, Corcoué-sur-Logne : de skavenn, " le sureau " (prononcé skovenn dans certains dialectes bretons)

La Branvelle°, Corsept : composé en bren, " colline ". Semble identique au toponyme Branbel en Piriac-sur-Mer, nom de rochers. Le second élément est peut-être bil, " hauteur ", nom qui subit une mutation consonnantique en composition.

Le Roiloup ou Le Roueloup°, Corsept : roc’helloù, " les petits rochers ".

Les Haligans°, Corsept : de halegenn, " le saule ", " la saulaie ". L’article pluriel devant ce toponyme aurait tendance à nous orienter vers un nom d’homme. Cependant sur la même commune nous trouvons :

Les Haligoux°, Corsept : halegoù, " les saules "

Le Brain°, Fresnay-en-Retz : bren, colline, ou mot gaulois identique.

Les Magores (rochers), La Bernerie-en-Retz : peut-être de magoer, " muraille ".

Tréans ou Trehan,°, La Bernerie-en-Retz : diminutif en –an de tré, " village ", ou anthroponyme importé.

Béduni (pointe), La Plaine-sur-mer : pourrait venir de beg dunig, " la pointe du petit fort ". Les noms bretons évoquant des fortifications parfois très anciennes semblent jalonner les côtes du Pays Nantais : Le Castily à Pénestin, Le Castelli à Piriac, Penchâteau au Pouliguen, Mindin à Saint-Brévin. Toutefois on peut aussi envisager une déformation du français " baie du nid ".

Le Brahan°, La Plaine-sur-Mer : probable diminutif en –an de bré, " colline ".

Le Hecqueux, La Plaine-sur-Mer : de heskeg, " endroit à laîche " (nom de plante)

Le Ménigou, La Plaine-sur-Mer : de maenigoù, " les petites pierres ". Indice intéressant, côtoie la Pointe de La Pierre, de sens très proche. Ce cas d’un toponyme breton voisinant sa traduction en français est fréquent dans la toponymie de Haute-Bretagne.

Le Coquer°, La Planche : possible kozh ker, " la vieille ville ", mais plus probablement nom d’homme de même étymologie ou dérivé de coq.

Mean°, La Planche : maen, " pierre ", ou singulatif en –enn de maes, " campagne ".

Le Creaz°, Le Clion-sur-Mer et Pornic : de kreac’h, " colline ".

Lesnaiwe°, Le Clion-sur-Mer : semble correspondre à lez nevez, " la cour neuve ". Corruption très probable ou ancore nom d’homme, en tous cas un toponyme curieux.

Les Tréans, Les Moutiers-en-Retz : semble identique à Tréhan à la Bernerie.

Le Telman, Machecoul : de tal maen, " le bout des pierres " ?

Le Trevignon°, Machecoul : composé en treb, "village". Pour la second élément nous proposons l’hyptohèse d’un mot ancien pour marais (cf. gallois mignen). Nous aurions donc treb vignen, " le village du marais ", par mutation consonnantique. On peut aussi penser au breton gwinnion, " aubier ".
Le Crenit°, Montbert : krenit, " la tremblaie ", formé à partir de krenn, tremble.
Le Grénit, Paulx : également de krenit, " la tremblaie ". L’initiale mutée en g sous-entend la présence ancienne de l’article breton (ar grenit, ou plus exactment an grenit en vieux-breton). Le Grénit se rencontre à quatre reprises dans le Morbihan et une fois à Paulx, mais nulle part ailleurs en France, indice supplémentaire de bretonnité.

Le Toulain°, Port-Saint-Père : toull lann, " la lande percée " (par un chemin), toponyme breton très fréquent.

Banc de Kerouars, Préfailles : composé en ker, " village ", le second élément étant sûrement un nom d’homme. Notons la présence du village de Quirouard à proximité, probablement de même étymologie.

Menbriant°, Préfailles : nom d’homme breton composé des éléments Maen, " fort ", et Brient, " privilège ".
Port Meleu, Préfailles : semble contenir le nom d’homme vieux-breton Maeloc. On peut plus simplement penser au français meule.

Trevignoux°, Saint-Hilaire-de-Chaléons : peut être rapproché de Trevignon en Machecoul. Ici le –ou final marquerait un pluriel, donc " le village des marais ". On peut aussi penser au breton *vignoc formé à partir du latin vinea, " vigne ". Ce serait alors le " village des vignes ".

Le Halloué°, Saint-Colomban : variante possible de halegoed, " saulaie " (comparer avec Hellouet en Plusquellec, 22, et Elléouet en Sizun, 29).

Le Haligour°, Saint-Mars-de-Coutais : probablement halegoù, " les saules ".

Coëtargand (Chortaguen 1045, Cortargon XIIè), Saint-Père-en-Retz : koed argant, " le bois d’argent ".

Le Botrene°, Saint-Père-en-Retz : bod drein, " le buisson d’épines ".

Les Allegants° ou Allequants°, Saint-Père-en-Retz : de halegenn, " le saule ", ou nom d’homme Halgand de même étymologie.
Le Mont Scobrit (Scobrit 839), Saint-Viaud : est signalé à l’emplacement de cette commune au IXème siècle ; ce nom viendrait du vieux-breton scao brith , " sureau tacheté ".

Les Bremefins°, Vue : semble être un composé en bré, " colline " + nom d’homme Mewen, (saint) Méen. Fait irrésistiblement penser à la forme Bremefen donnée en 1081 dans le Cartulaire de Redon, mais désignant une île située à Machcoul (cf. infra).

 M. Jm AVRIL, Saint-Brévin-les-Pins
Envoyer un message à 'M. Jm AVRIL'


Mardi 02 Décembre 2014, 15h55

Re: Suis je Breton ou Armoricain?
Dépouillement des votes dimanche soir à Saint-Viaud. 75 % des électeurs qui se sont déplacés aux urnes, se sont prononcés en faveur de l’intégration de la Loire-Atlantique à la Bretagne
Dépouillement des votes dimanche soir à Saint-Viaud. 75 % des électeurs qui se sont déplacés aux urnes, se sont prononcés en faveur de l’intégration de la Loire-Atlantique à la Bretagne
Rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne : le “oui” l’a très largement emporté à l’occasion de la votation citoyenne organisé dimanche 30 novembre par l’association Dibab sur la commune de Saint-Viaud. 336 personnes ont pris part à ce vote premier du genre, soit 20% des inscrits (1.566) sur les listes électorales ainsi que 26 habitants de 16 ans et plus non inscrits.
Les résultats

75% de “oui”, 22% de “non”, 2.4% vote blanc et 7 votes nuls à la première question sur l’intégration de la Loire-Atlantique à la région Bretagne ; pour la deuxième question qui concernait la fusion des conseils départementaux et du Conseil régional au sein d’une assemblée de Bretagne : 80,10% de oui, 11.1% de non, 8.78% de votes blancs et 74 de votes nuls.
St-Herblain et Quimper après Saint-Viaud

Roch Chéraud, maire de St-Viaud, et son conseil municipal ont donc été les premiers à répondre favorablement à la demande de Dibab. La salle du Lac, les urnes et les isoloirs ont été mis à disposition de l’association. Dimanche soir, le dépouillement a été un peu laborieux car les membres de Dibab étaient soucieux de respecter les règles. C’est l’un d’eux, Jonathan Guillaume, qui pris le micro après la proclamation des résultats. Il s’est dit “heureux du résultat de ce premier vote et de la participation plus importante que certains référendums”. Heureux aussi parce que “le non est représenté et bien sûr parce que le oui est majoritaire”.
Il a indiqué que bientôt des villes comme Saint-Herblain (40.000 habitants) et Quimper (60.000 habitants) participeront à cette votation citoyenne. Quand à Roch Chéraud, il s’est dit fier que le collectif Dibab ait choisi St-Viaud. Pour lui,
le débat démocratique en ressort grandi. C’est aussi un message envoyé aux élus qui doivent vérifier jour après jour qu’ils sont bien en phase avec leurs électeurs. Dans cette histoire de délimitation territoriale, cette phase n’a pas été remplie correctement. Il n’est pas trop tard pour nos parlementaires de se ressaisir. Cette question dépasse les clivages politiques traditionnels. J’ai ainsi reçu pour cette votation, les encouragements du député de Loudéac, Marc Le Fur, élu UMP des Côtes d’Armor, et celui du député de Ploërmel, Paul Molac, élu divers gauche apparenté UDB du Morbihan.
Pour le maire de Saint-Viaud,
le message envoyé par les électeurs vitaliens redonne un second souffle à cette question du rattachement du Pays de Retz à la Bretagne qui a été breton de l’an 851 lors du traité d’Angers à 1941 ! Alexis de Tocqueville a dit : “Quand le citoyen est passif, c’est la démocratie qui tombe malade”. Saint-Viaud a montré qu’il avait des habitants en bonne santé.
Saint-Viaud, 44

 M. Jm AVRIL, Saint-Brévin-les-Pins
Envoyer un message à 'M. Jm AVRIL'


Samedi 30 Mai 2015, 12h40

Re: Suis je Breton ou Armoricain?
Toujours les même réponse copier-coller noms lieu-dits de retz d'origine Bretonne supposée que je relis depuis des années sur ce site. Des Bretons ce sont installés sur la côte certe, et ont laissés des traces. Vous n'êtes pas Bretons et armoricains, vous êtes avec des origines Bretonnes nuances. Ce que représente la présence Bretonne ancienne est minoritaire dans Retz : la côte!! Ce qu'il représenterait dans tout le sud Loire de Clisson à St Brévin est encore plus minoritaire! Pourquoi se dire Breton quand nous le sommes si peu? Tout ceci est la conséquence de la non-prise de conscience d'être Armoricain. En Retz la seule issue culturelle est de se rattacher à la Bretagne! Ca explique les beaux résultats de vos sondages. L'autre point point est la Bretonnisation, dont le plus beau symbole est le drapeau de Retz, sur ce drapeau l'identité de Retz est recalé à 1/4 pour 3/4 d'Hermine! De même sur le drapeau de Bretagne, il n'y a aucune place pour l'entité armoricaine! Nous sommes les autochtones (de Retz ou ancien comté de Rennes et Nantes), notre terre d’accueil des Bretons, l'Armorique est nullement représentée. A quand la prise de conscience d'être armoricain?
Dans l'esprit, un autre détail, à Pornic une plaque du CCCP commémore la libération de Retz en 940 par Alain Barbetort face aux Viking. http://static-numista.com/forum/images/53 fb783ef2489.jpg Correction il n'y a pas eu de libération, le contrôle de Retz (et comtés de Rennes et Nantes). Une véritable libération aurait été de revenir à la situation d'avant 851. Simplement, en 940 la contrôle de Retz a juste été transféré des Vikings au Bretons, grosse nuance. Nous armoricains avons, certe perdu notre culture de celte continentaux, mais nous avons la fierté de vivre sur la terre de nos ancêtres, depuis plus de 25 siècles, alors que les Bretons ont abandonnés leurs terre aux Saxons. Mr Avril pensez en Armoricain!

 M. Hilaire SAINT HILAIRE, Saint-Hilaire-de-Chaléons


Retour
Ajouter un message

Le support est la partie administrative de ce site. Pour annoncer les événements de votre commune, vous devez ouvrir un compte.

Ouvrir un compte gratuit
Accès compte
A propos / Aide
Contacts
Professionnels


La Croix du souvenir
Agrandir
les Moutiers-en-Retz. - Port du Collet ,noyade du 5 ventose an II. « Ici furent...


2 connectés
Aujourd'hui 203 visiteurs